Le Brexit sous l'angle de la négociation : de l'inévitable échec à l'indispensable accord

L’application de quelques grands principes de la négociation au Brexit permet de mieux cerner les obstacles qui attendent le Royaume-Uni et la Commission européenne. Ces mêmes principes pourraient toutefois conduire à une négociation constructive, favorable aux deux parties.

Dans le courant du mois de juin 2017, l’Union européenne et le Royaume-Uni ont entamé un cycle de négociations destinées à aboutir, avant l’expiration du délai de deux ans prévu par l’article 50 du traité sur l’Union européenne (TUE), à un accord de sortie. La confrontation des circonstances dans lesquelles celles-ci s’ouvrent à quelques grands principes qui sous-tendent généralement toute négociation permet de tenter d’anticiper leur déroulement.

Pour un négociateur, tout semble indiquer que l’échec est inévitable (I) : incompatibilité –apparemment irréconciliable – des objectifs poursuivis par le Royaume-Uni et l’Union européenne, multiplication des parties prenantes ou encore contexte des discussions.

Pour autant, parce que l’échec n’est pas concevable et ne constitue vraisemblablement – en dépit de déclarations[...]

92%
restent à lire
L'accès à l'intégralité de ce document est réservé aux abonnés
Ce document est accessible avec les packs suivants :
Vous êtes abonné - Identifiez-vous

Testez gratuitement Lextenso pendant 8 jours !

Je découvre